klik hier voor interactieve opdrachten bij 9 muziekgedichten

nog meer muziek in het archief
blues | jazz | klassieke muziek | muziekinstrumenten | slaapliedjes | songteksten | zang | overig


Rainer Maria Rilke (1875-1926)

Wie soll ich meine Seele halten, dass
sie nicht an deine rührt? Wie soll ich sie
hinheben über dich zu andern Dingen?
Ach gerne möcht ich sie bei irgendwas
Verlorenem im Dunkel unterbringen
an einer fremden stillen Stelle, die
nicht weiterschwingt, wenn deine Tiefen schwingen.
Doch alles, was uns anrührt, dich und mich,
nimmt uns zusammen wie ein Bogenstrich,
der aus zwei Saiten eine Stimme zieht.
Auf welches Instrument sind wir gespannt?
Und welcher Spieler hat uns in der Hand?
üßes Lied.



Roger McGough (1937- )

Beethoven Bartók Bizet and Bruckner
Delius Debussy Mozart and Mahler
Satie Scarlatti Stravinsky and Wagner
Tchaikovsky Vaughan Williams Varèse and Weber

Sibelius Shostakovitch Schubert and Schumann
Dvorák and Fauré Schoenberg and Chopin
Prokofiev Grieg Walton Stockhausen
Offenbach Handel Hadyn and Mendelssohn

Elgar Ravel Rachmaninov Rossini
Berlioz Britten Purcell Paganini
Liszt Monteverdi Holst and Vivaldi
Brahms J. S. Bach Rimsky-Korsakov Verdi

Beatles and Beach Boys Bowie and Wham!
Dylan Deep Purple Rod Stewart Steeleye Span
Springsteen Stevie Wonder Sting Elton John
Rollings Stones Elvis The Who Duran Duran.


Complainte des Fées

Georges-Emmanuel Clancier (1914- )


Nous vivons des contes de fées
Rouges verts qui pincent le coeur.
Notre mystère est bien surfait
Mais elle est vraie notre douleur.

Bel oiseau de la nuit
Belle armée de la pluie
Belle ombre de l'ennui
Bel oeil noir de mon puits
Sommes belles de nuit.

Nous savons charmer les orvets
Tirer carrosse d'une fleur
Nous sommes les filles d'Orphée
Mais notre mère est la douleur.

Bel oiseau de la nuit
Belle armée de la pluie
Belle ombre de l'ennui
Bel oeil noir de mon puits
Sommes belles de nuit.

Nous jouons à des jeux secrets
Où tout le temps l'on perd l'on pleure
Nos yeux sont neiges sans regrets
Mais que brûle notre douleur.

Bel oiseau de la nuit
Belle armée de la pluie
Belle ombre de l'ennui
Bel oeil noir de mon puits
Sommes belles de nuit.

Nos confidents sont feux follets
Pauvres et laids nés de la peur
N'avons pour amants que reflets
Mais elle est vraie notre douleur.

Bel oiseau de la nuit
Belle armée de la pluie
Belle ombre de l'ennui
Bel oeil noir de mon puits
Sommes belles de nuit.

Dès que s'étirent les volets
Sur les chaumières du bonheur
Nos pas s'effacent dans les blés
Mais elle est là notre douleur.

Bel oiseau de la nuit
Belle armée de la pluie
Belle ombre de l'ennui
Bel oeil noir de mon puits
Sommes belles de nuit.



Joachim Ringelnatz (1883-1934)

Die Zeit vergeht,
Das Gras verwelkt,
Die Milch entsteht,
Die Kuhmagd melkt.
Die Milch verdirbt.
Die Wahrheit schweigt.
Die Kuhmagd stirbt.
Ein Geiger geigt.


The Man Who Never Heard of Frank Sinatra

Aaron Fogel

The man who had never heard of Frank Sinatra: he lived
A perfectly ordinary life in America. Born in 1915,
He followed all the fads, read the newspapers, listened

To Television, knew who Dean Martin and Sammy whathisname
Were (Sinatra's friends), but somehow, by a one in a
Zillion fluke, whenever Sinatra came up, he was out of the room.

Or his attention was diverted by something else, and
(You will say this is impossible, that it cannot be), never
Heard him sing, like a man in my generation who somehow

Missed the Beatles though he had heard everything else.
Once, just as he was about to hear the name Frank Sinatra
A plane flew overhead--he was fifty-five years old--his hearing

A little more impaired. He had heard of Humphrey Bogart,
Of Elizabeth Taylor, of Walter Cronkite, and of perhaps a hundred
Forty thousand other celebrities names by the time he died,

And yet he had never heard of Frank Sinatra. The Greeks had
That famous saying, "The luckiest man is he who was never born."
Which is kind of gloomy, but I think they were wrong.

The luckiest man is he who never heard of Frank Sinatra.


Comptine de l'Apprenti Poète

Maurice Chappaz (1916 - )

Pleure, pluie douce.
- Mon mari était un troubadour.
- Ma femme était une princesse.
Pleure, pluie douce,
aujourd'hui c'est la fin de nos amours,
je l'ai vue repartir comme une petite dame juive
balayée par ses péchés
ou par les miens.
Fous le camp, ma jument malade.
Pleure, pluie douce pour la troisième fois.
Le sais-tu le Cantique des Cantiques?
Bien beau déjà de tenir l'harmonium
dans un hameau de cosaques
qui crachent, jurent, me marchent sur les pieds.
Et manger avec eux pain et fromage.
Bien bon déjà de se cogner aux montagnes bleues.



Joachim Ringelnatz (1883-1934)

Schallplatten, ihr runden,
Verschönt uns die Stunden
Laut oder leise,
Tief oder hell,
Wie wir euch bestellt.
Dreht euch im Kreise.

Das Karusell
Der geistigen Welt.

Erwähltes schwinge,
Ein Spiel erklinge,
Ein Sänger singe,

Ein Dichter spricht:
Aus fernen Landen,
Aus Nichtmehrvorhanden. -

Wir sehen sie nicht.
Was sie uns gegeben,
Wird Künftigen bleiben,
Wird weiter leben,
Wie ihr es bannet,
Ihr kreisenden Scheiben,
Wie ihr erkanntet,
Was ewig gefällt.

Die Kunst erhält.


John Lennon

Mary Jo Salter (1954- )

The music was already turning sad,
      those fresh-faced voices singing in a round
            the lie that time could set its needle back

and play from the beginning. Had you lived
      to eighty, as you'd wished, who knows?-you might
            have broken from the circle of that past

more ours than yours. Never even sure
      which was the truest color for your hair
            (it changed with each photographer), we claimed

you for ourselves; called you John and named
      the day you left us (spun out like a reel-
            the last broadcast to prove you'd lived at all)

an end to hope itself. It isn't true,
      and worse, does you no justice if we call
            your death the death of anything but you.


It put you in the headlines once again:
      years after you'd left the band, you joined
            another-of those whose lives, in breaking, link

all memory with their end. The studio
      of history can tamper with you now,
            as if there'd always been a single track

chance traveled on, and your discordant voice
      had led us to the final violence.
            Yet like the times when I, a star-crossed fan,

had catalogued your favorite foods, your views
      on monarchy and war, and gaily clipped
            your quips and daily antics from the news,

I keep a loving record of your death.
      All the evidence is in-of what,
            and to what end, it's hard to figure out,

riddles you might have beat into a song.
      A younger face of yours, a cover shot,
            peered from all the newsstands as if proof

of some noteworthy thing you'd newly done.


Bien au calme

Raymond Queneau (1903-1976)

Un oiseau chante à sa façon
Pour accompagner le maçon
En haut de son échafaudage
Le coq souffle dans son alto
La dame éreinte son piano
Et ça fait un sacré tapage
A quoi s'ajoute le marteau
Du forgeron et les autos
Et les camions dans le virage
Sans parler de dix-huit radios
Tévés ou transistors ruraux
On croit entendre vingt orages.
Assis sur son banc un vieux sourd
Bourre une pipe d'un doigt gourd
En écoutant de son village
Le bruissement très très lointain
Qui s'accorde tout à fait bien
Avec le calme de son âge.


Das Orchester aus Wuster

Einem Dirigenten aus Worcester
wurde augenblicklich zappendorcester.
Gleich hörte er auf,
gab es nur einen Schnauf,
geschweige im Saal einen Horcester.

(gesammelt von Erhard Kortmann)



Billy Collins (1941 - )

You are so beautiful and I am a fool
to be in love with you
is a theme that keeps coming up
in songs and poems.
There seems to be no room for variation.
I have never heard anyone sing
I am so beautiful
and you are a fool to be in love with me,
even though this notion has surely
crossed the minds of women and men alike.
You are so beautiful, too bad you are a fool
is another one you don't hear.
Or, you are a fool to consider me beautiful.
That one you will never hear, guaranteed.

For no particular reason this afternoon
I am listening to Johnny Hartman
whose dark voice can curl around
the concepts on love, beauty, and foolishness
like no one else's can.
It feels like smoke curling up from a cigarette
someone left burning on a baby grand piano
around three o'clock in the morning;
smoke that billows up into the bright lights
while out there in the darkness
some of the beautiful fools have gathered
around little tables to listen,
some with their eyes closed,
others leaning forward into the music
as if it were holding them up,
or twirling the loose ice in a glass,
slipping by degrees into a rhythmic dream.

Yes, there is all this foolish beauty,
borne beyond midnight,
that has no desire to go home,
especially now when everyone in the room
is watching the large man with the tenor sax
that hangs from his neck like a golden fish.
He moves forward to the edge of the stage
and hands the instrument down to me
and nods that I should play.
So I put the mouthpiece to my lips
and blow into it with all my living breath.
We are all so foolish,
my long bebop solo begins by saying,
so damn foolish
we have become beautiful without even knowing it.


Harmonie du soir

Charles Baudelaire (1821-1867)

Voici venir les temps où vibrant sur sa tige
Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir;
Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir;
Valse mélancolique et langoureux vertige!

Chaque fleur s'évapore ainsi qu'un encensoir;
Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige;
Valse mélancolique et langoureux vertige!
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.

Le violon frémit comme un coeur qu'on afflige,
Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir!
Le ciel est triste et beau comme un grand reposoir.
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige.

Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir!
Du passé lumineux recueille tout vestige!
Le soleil s'est noyé dans son sang qui se fige...
Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir!


Das Käferconcert

Joachim Ringelnatz (1883-1934)

In einem schönem Thal am Rein
Befand sich der Käfermusikverein,
Es sollte nämlich unter den Linden
Ein großes Käferkonzert stattfinden.
Und wo man nur war jeden Augenblick,
Hörte man sprechen von dieser Musik.
Und beim hellen Sonnenschein,
Fanden sich nun die Tiere ein.
Und als alle angekommen,
Natürlich die Vögel ausgenommen,
Da kamen die Musikanten an
Es waren 560 Mann.
Und zuletzt kam n'auch noch schnelle
Musikdirektor Herr Libelle.
Und die ganzen Käferlein,
Stimmten an die Wacht am Rhein.
Die Bienen,
Spielten auf Violienen.
Der Bettfloh,
Spielte Cello.
Die Ameise,
Blies die Flöte leise.
Der Goldschmied,
Sang ein Lied.
Das Scheibentier,
Spielte auf dem Klavier.
Aber der Wasserfloh,
Spielte Oboe.
Die Kleidermotten
Bliesen Fagotten.
Das Lied ist nun aus.
Sagte die Laus.
Nun mußten Solo singen 2,
Man stimmte an die Lorelei,
Der Widder- und der Trauerbock die beiden
Die kratzten ganz erbärmlich auf den Geigenseiten.
Da plötzlich kam ein unerbetner Gast an diese Stelle
Es war ein Spatz ein hungriger Geselle,
Er nahm die Käfer sich zum Frühstück mt Behagen,
Und aß sie auf und klopfte sich den Magen.
Da lachte laut der Strauß
Als er den Spatz vor Freude hörte piepen
Und damit ist hier das Concert nun aus,
Und auch das Buch worin es steht geschrieben.



Stephen Vincent Benét (1898-1943)

My friend went to the piano; spun the stool
A little higher; left his pipe to cool;
Picked up a fat green volume from the chest;
And propped it open.
Whitely without rest,
His fingers swept the keys that flashed like swords,
. . . And to the brute drums of barbarian hordes,
Roaring and thunderous and weapon-bare,
An army stormed the bastions of the air!
Dreadful with banners, fire to slay and parch,
Marching together as the lightnings march,
And swift as storm-clouds. Brazen helms and cars
Clanged to a fierce resurgence of old wars
Above the screaming horns. In state they passed,
Trampling and splendid on and sought the vast-
Rending the darkness like a leaping knife,
The flame, the noble pageant of our life!
The burning seal that stamps man's high indenture
To vain attempt and most forlorn adventure;
Romance, and purple seas, and toppling towns,
And the wind's valiance crying o'er the downs;
That nerves the silly hand, the feeble brain,
From the loose net of words to deeds again
And to all courage! Perilous and sharp
The last chord shook me as wind shakes a harp!
. . . And my friend swung round on his stool, and from gods we were men,
"How pretty!" we said; and went on with our talk again.


La musique

Charles Baudelaire (1821-1867)

La musique souvent me prend comme une mer!
Vers ma pâle étoile,
Sous un plafond de brume ou dans un vaste éther,
Je mets à la voile;

La poitrine en avant et les poumons gonflés
Comme de la toile,
J'escalade le dos des flots amoncelés
Que la nuit me voile;

Je sens vibrer en moi toutes les passions
D'un vaisseau qui souffre;
Le bon vent, la tempête et ses convulsions

Sur l'immense gouffre
Me bercent. D'autres fois, calme plat, grand miroir
De mon désespoir!



Robert Gernhardt (1937- )

Das Schicksal hat es so gefügt,
dass mir am Alkohol nicht liegt.

Mich lockt nicht Bier, nicht Gin, nicht Wein -
Na ja, ein Wein, der darf schon sein.

Mich lockt nicht Korn, nicht Bier, nicht Gin -
Ist da ein Gin? Dann immer rin!

Mich lockt nicht Wein, nicht Korn, nicht Bier -
Da kommt ein Bier? Das nehmen wir!

Mich lockt nicht Gin, nicht Wein, nicht Korn -
Her mit dem Korn! Und dann von vorn:

Das Schicksal hat es so gefügt,
dass mir am Alkohol nichts liegt


The crazy drummer

Roger McGough (1937 - )


he whipped up a storm
in a band
on a ship.

We all had to
abandon ship.



Le Chant d'Amour

Guillaume Appolinaire (1880-1918)

Voici de quoi est fait le chant symphonique de l'amour
Il y a le chant de l'amour de jadis
Le bruit des baisers éperdus des amants illustres
Les cris d'amour des mortelles violées par les dieux
Les virilités des héros fabuleux érigées comme des pièces contre avions
Le hurlement précieux de Jason
Le chant mortel du cygne
Et l'hymme victorieux que les premiers rayons du soleil
ont fait chanter à Memnon l'immobile
Il y a le cri des Sabines au moment de l'enlevement
Il y a aussi les cris d'amour des félins dans les jongles
La rumeur sourde des sèves montant dans les plantes tropicales
Le tonnerre des artilleries qui accomplissent le terrible amour des peuples
Les vagues de la mer où naît la vie et la beauté

Il y a là le chant de tout l'amour du monde



Joseph von Eichendorf (1788-1857)

Schläft ein Lied in allen Dingen,
Die da träumen fort und fort,
Und die Welt hebt an zu singen,
Triffst du nur das Zauberwort.



Maurice Carême (1899-1978)

Dans cette ronde
Entrez la blonde;
Entrez la brune
Avec la lune;
Vous, la pluie douce,
Avec la rousse;
Vous, la châtaine,
Avec la plaine;
Vous, la plus belle,
Avec le ciel.
J'y entre moi,
Avec la joie.


Chanson dada

Tristan Tzara (1923-)

la chanson d'un dadaïste
qui avait dada au coeur
fatiguait trop son moteur
qui avait dada au coeur
l'ascenseur portait un roi
lourd fragile autonome
il coupa son grand bras droit
l'envoya au pape à rome
c'est pourquoi
n'avait plus dada au coeur
mangez du chocolat
lavez votre cerveau
buvez de l'eau

la chanson d'un dadaïste
qui n'était ni gai ni triste
et aimait une bicycliste
qui n'était ni gaie ni triste
mais l'époux le jour de l'an
savait tout et dans une crise
envoya au vatican
leurs deux corps en trois valises
ni amant
ni cycliste
n'étaient plus ni gais ni tristes
mangez de bons cerveaux
lavez votre soldat
buvez de l'eau

la chanson d'un bicycliste
qui était dada de coeur
qui était donc dadaïste
comme tous les dadas de coeur
un serpent portait des gants
il ferma vite la soupape
mit des gants en peau d'serpent
et vient embrasser le pape
c'est touchant
ventre en fleur
n'avait plus dada au coeur
buvez du lait d'oiseaux
lavez vos chocolats
mangez du veau


Le blé

Charles Le Quintrec (1925- )

Le blé était nu
On dansait desous

On dansait dans l'aire
A coups de fléau
On dansait plus haut.

La balle et la paille
Un feut de froment

On battait le blé
Qui jamais ne ment.


Musique Acidulée

Max Jacob (1876-1944)

Boum ! Dame ! Amsterdam.
Barège n'est pas Baume-les-Dames !
Papa n'est pas là !
L'ipéca du rat n'est pas du chocolat.
Gros lot du Congo ? oh ! le beau Limpopo !
Port du mort, il sort de l'or (bis)
Clair de mer de ver de terre
Rage , mage, déménage
Du fromage où tu nages
Papa n'est pas là
L'ipéca du Maradjah de Nepala.
Pipi j'ai envie
Hi ! faut y l'dire ici.
Vrai? Vrai ?



Gérard de Nerval (1808 -1855)

Il est un air, pour qui je donnerais,
Tout Rossini, tout Mozart et tout Weber.
Un air très vieux, languissant et funèbre,
Qui pour moi seul a des charmes secrets!
Or, chaque fois que je viens à l'entendre,
De deux cents ans mon âme rajeunit...
C'est sous Louis treize; et je crois voir s'étendre
Un coteau vert, que le couchant jaunit;
Puis un château de brique à coins de pierre,
Aux vitraux teints de rougeâtres couleurs,
Ceint de grands parcs, avec une rivière
Baignant ses pieds, qui coule entre les fleurs;
Puis une dame à sa haute fenêtre,
Blonde aux yeux noirs, en ses habits anciens,
Que dans une autre existence peut-être,
J'ai déjà dont je me souviens!


De la musique avant toute chose

Paul Verlaine (1844-1896)

De la musique avant toute chose,
Et pour cela préfère l'Impair
Plus vague et plus soluble dans l'air,
Sans rien en lui qui pèse ou qui pose.
Il faut aussi que tu n'ailles point
Choisir tes mots sans quelque méprise
Rien de plus cher que la chanson grise
Où l'Indécis au Précis se joint.
C'est des beaux yeux derrière des voiles,
C'est le grand jour tremblant de midi,
C'est, par un ciel d'automne attiédi,
Le bleu fouillis des claires étoiles !
Car nous voulons la Nuance encor,
Pas la Couleur, rien que la nuance !
Oh ! la nuance seule fiance
Le rêve au rêve et la flûte au cor !
Fuis du plus loin la Pointe assassine,
L'Esprit cruel et le rire impur,
Qui font pleurer les veux de l'Azur,
Et tout cet ail de basse cuisine !
Prends l'éloquence et tords-lui son cou !
Tu feras bien, en train d'énergie,
De rendre un peu la Rime assagie.
Si l'on n'y veille, elle ira jusqu'où ?
0 qui dira les torts de la Rime !
Quel enfant sourd ou quel nègre fou
Nous a forgé ce bijou d'un sou
Qui sonne creux et faux sous la lime ?
De la musique encore et toujours !
Que ton vers soit la chose envolée
Qu'on sent qui fuit d'une âme en allée
Vers d'autres cieux à d'autres amours.
Que ton vers soit la bonne aventure
Éparse au vent crispé du matin
Qui va fleurant la menthe et le thym...
Et tout le reste est littérature.


A la musique

Arthur Rimbaud (1854-1891)

Place de la Gare, à Charleville.
Sur la place taillée en mesquines pelouses,
Square où tout est correct, les arbres et les fleurs,
Tous les bourgeois poussifs qu'étranglent les chaleurs,
Portent, les jeudis soirs, leurs bêtises jalouses.
- L'orchestre militaire, au milieu du jardin,
Balance ses schakos dans la valse des fifres :
- Autour, aux premiers rangs, parade le gandin;
Le notaire pend à ses breloques à chiffres:
Des rentiers à lorgnons soulignent tous les couacs :
Les gros bureaux bouffis traînent leurs grosses dames
Auprès desquelles vont, officieux cornacs,
Celles dont les volants ont des airs de réclames;
Sur les bancs verts, des clubs d'épiciers retraités
Qui tisonnent le sable avec leur canne à pomme,
Fort sérieusement discutent les traités,
Puis prisent en argent, et reprennent : "En somme !..."
Epatant sur son banc les rondeurs de ses reins,
Un bourgeois à boutons clairs, bedaine flamande,
savoure son onnaing d'où le tabac par brins
Déborde - vous savez, c'est de la contrebande; -
Le long des gazons verts ricannent les voyous;
Et, rendus amoureux par le chant des trombonnes,
Très naïfs, et fumant des roses, les pioupious
Caressent les bébés pour enjôler les bonnes...
- Moi, je suis débraillé comme un étudiant
Sous les marronniers verts les alertes fillettes :
Elles le savent bien, et tournent en riant,
Vers moi, leurs yeux tout pleins de choses indiscrètes.
Je ne dis pas un mot : je regarde toujours
La chair de leurs cous blancs brodés de mèches folles :
Je suis, sous le corsage et les frêles atours,
Le dos divin après la courbe des épaules.
J'ai bientôt déniché la bottine, le bas...
- Je reconstruis les corps, brulé de belles fièvres.
Elles me trouvent drôle et se parlent tout bas...
- Et mes désirs brutaux s'accrochent à leurs lèvres ...